Advertisements

La candidature de Saïf al-Islam Kadhafi, fils du défunt dirigeant libyen qui comptait se présenter à l’élection présidentielle du 24 décembre 2021 dans son pays, a été rejetée.

Mercredi soir, la commission électorale a disqualifié Saïf al-Islam et 24 autres sur un champ de 98 candidats à la présidentielle, sous réserve de recours.

Le pouvoir judiciaire libyen aura le dernier mot sur la liste des candidats, ont déclaré mercredi la commission et l’émissaire de l’ONU en Libye, Jan Kubis.

Nouvelles troubles

L’avocat de Kadhafi, Khaled al-Zaidi, a déclaré dans une vidéo que des hommes armés avaient fait une descente dans le tribunal de la ville méridionale de Sebha, l’un des trois centres d’enregistrement, et l’avaient empêché d’entrer pour déposer l’appel de son client contre la disqualification.

Le ministère de la Justice de Tripoli a déclaré dans un communiqué publié sur ses pages de réseaux sociaux qu’un groupe armé avait forcé tout le monde à quitter le bâtiment du tribunal.

Sebha est sous le contrôle d’un groupe allié à la force de l’Armée nationale libyenne basée dans l’Est et commandée par Khalifa Haftar, un autre des principaux candidats à l’élection.

Raisons de sa disqualification



La candidature de Kadhafi a été rejetée sur la base de sa condamnation par contumace en 2015 par un tribunal de Tripoli pour crimes de guerre commis lors des combats qui ont renversé son père en 2011.

Il a passé la dernière décennie dans la ville de montagne de Zintan, où ses ravisseurs l’ont emmené après avoir été arrêté alors qu’il tentait de fuir la Libye pendant le soulèvement, et serait presque certainement arrêté s’il se rendait à Tripoli.

Jeudi également, le Conseil judiciaire suprême a annulé une décision qu’il avait rendue il y a quelques jours seulement et a déclaré que les appels concernant l’éligibilité à l’élection ne pouvaient être déposés que dans le district où le candidat s’était inscrit.

Nous y reviendrons.